Soirée terrifiante


10 novembre 2016


Les enfants d’Eteimbes ont bravé le froid pour partir à l’assaut des maisons du village. Dans leur quête du Graal, les petites frimousses, les unes plus terrifiantes que les autres, ont joué de leurs charmes pour dépouiller les habitants du village de milles friandises. Une fois la tournée des chaumières terminée, les parents et les enfants de la commune se sont retrouvés dans la salle des fêtes où un menu « halloweenesque » les attendait. Après avoir dégusté la soupe de Merlin et les tartes, la soirée s’est terminée par un moment de partage et de rencontre. Rendez-vous est pris pour de nouvelles aventures encore plus terrifiantes l’année prochaine.


Béatrice Hess fait la dictée d’Ela, les enfants courent pour l’association


25 octobre 2016


Le 13 octobre dernier, dans le cadre de la lutte contre les leucodystrophies, organisée par l’association Ela, la petite école d'Eteimbes a connu un grand moment d'effervescence et de bonheur.

 

Avec Béatrice Hess, la dictée d'Ela s'est déroulée avec humour et décontraction.  Photos L'Alsace/Mireille Comparon

01 / 02

Avec Béatrice Hess, la dictée d'Ela s'est déroulée avec humour et décontraction.  Photos L'Alsace/Mireille Comparon
À Eteimbes, la solidarité n'est pas un vain mot ! Photo L'Alsace

02 / 02

À Eteimbes, la solidarité n'est pas un vain mot ! Photo L'Alsace
  •  
  •  

Ils étaient 39 élèves des classes de CE2, CM1 et CM2, leurs institutrices Nathalie Leclerc et Stéphanie Becker, ainsi qu'Alain Grienenberger, jeune retraité qui ne peut se résoudre à quitter ses élèves, à attendre avec impatience la venue de Béatrice Hess, à Éteimbes. Cette immense championne paralympique de natation handisport, multimédaillée, détentrice du record du monde du 50 m dos, du 200, 100 et 50 m libre, 200 m quatre nages, relais libre et quatre nages, est aussi marraine de l'école des Contamines et de l'association Ela. Elle s'est prêtée au jeu des questions après avoir lu, avec application et humour, la dictée d'Ela.

Une volonté à toutes épreuves

Armés de leurs cahiers du jour, de leurs stylos et effaceurs, les enfants ont retranscrit un texte inédit de Katherine Pancol « Quand on veut, on peut ». Mais ce jour-là, la dictée n'apparaissait pas comme la bête noire des petits élèves ! Dans une ambiance décontractée mais studieuse grâce à la maîtresse du jour, ils ont pris ce devoir comme un jeu pour la bonne cause.

Puis est venu le temps des questions. Tous les enfants en avaient préparé et leur curiosité touchait tous les domaines de la vie de Béatrice Hess. Mariée et maman d'une fille et d'un garçon, elle habite Colmar, trois piscines et deux salles de sports portent son nom, elle détient 20 médailles d'or, cinq d'argent et une de bronze, et elle a été décorée de la Légion d'honneur. Son handicap est dû à une ostéomyélite, maladie orpheline contre laquelle elle a lutté en s'adonnant à fond à la natation. « Vers 12 ans, j'ai fait de la rééducation pour essayer d'aller mieux. La natation est le premier sport préconisé pour cela, car c'est un sport qui vous porte ! Être championne du monde et olympique m'a donné la liberté de visiter énormément de pays et de voir qu'il y a des personnes qui souffrent ou qui sont bien plus malheureuses. Le plus dur dans le handicap, c'est ce qui ne se voit pas. Ce n'est pas forcément le fauteuil roulant, mais les problèmes d'accessibilité ! »

Béatrice Hess a pratiqué la natation pendant 20 ans. Elle a arrêté la compétition en 2004. « Je suis fière de mon parcours car je peux aider les autres en faisant partager ma passion. On ne naît pas champion, on le devient. C’est comme à l’école, il faut travailler et il faut aimer ce que l’on fait. Il faut vraiment en vouloir pour s’améliorer. On relativise la maladie car il y a toujours pire ! » Son meilleur souvenir ? « C’était aux Jeux olympiques de Sidney où j’étais porte-drapeau de la délégation française ! Ça a été un pur bonheur ! »

« Mets tes baskets et bas la maladie »

Le mardi suivant, 18 octobre, ce sont cette fois-ci les 107 élèves de l’école qui se sont retrouvés, sous un beau soleil, au stade de Bréchaumont pour y faire des tours de piste. Entourés de leurs professeurs des écoles, de quelques parents et grands-parents, ils y ont mis toute leur énergie afin de récolter le plus d’argent possible pour l’association Ela. En effet, chaque tour effectué rapportait 10 centimes. Sensibilisés à la cause pour laquelle ils couraient, tous les enfants, des classes de petites sections au CM2, « ont mis leurs baskets pour battre la maladie » , en solidarité avec ceux qui sont atteints de leucodystrophies, soit plus de 1000 enfants recensés.

L’année dernière, l’école avait pu remettre un chèque de 1800 € à l’association Ela grâce à ce cross, mais aussi aux carnets de promesses de dons distribués par les CM1 et CM2.


La quille pour l’instituteur Alain Grienenberger


08 juillet 2016


 

Les élèves avaient préparé morceau à la flûte et chanson pour leur instituteur qui vient de prendre sa retraite. Photos L’Alsace/M.C.

01 / 02

Les élèves avaient préparé morceau à la flûte et chanson pour leur instituteur qui vient de prendre sa retraite. Photos L’Alsace/M.C.
Alain Grienenberger, jeune retraité de l’Éducation nationale et médaillé de la vie associative par le conseil départemental. Photo L’Alsace

02 / 02

Alain Grienenberger, jeune retraité de l’Éducation nationale et médaillé de la vie associative par le conseil départemental. Photo L’Alsace
  •  
  •  

« Nous sommes aujourd’hui près de 150 personnes réunies pour célébrer le départ à la retraite d’un monument des Cardamines qui enseigne à Eteimbes depuis vingt-six années, je veux bien sûr parler d’Alain Grienenberger ». Autour de Joël Wies, maire de Saint-Cosme et porteur d’un discours élogieux et rempli d’anecdotes dédié Alain Grienenberger, le nouveau retraité, on trouvait Fabienne Orlandi, conseillère départementale, Madame Hess, marraine de l’école des Cardamines, les maires, adjoints et anciens maires d’Eteimbes, Bréchaumont, Bellemagny et Bretten, enseignants et anciens collègues d’Alain, Michel Pernot, président des donneurs de sang de Ballersdorf, élèves, anciens élèves et parents d’élèves, famille et amis d’Alain, tous réunis pour une belle réception en l’honneur d’une figure emblématique du village.

Accueilli en musique par le groupe « Citoyens du Monde », qui a d’ailleurs réadapté une chanson de Bénabar à son intention, Alain Grienenberger a écouté avec émotion les allocutions qui lui étaient destinées. Tout d’abord celui de Joël Wies qui est revenu sur son parcours professionnel débuté en 1978 à l’école primaire Henri-Matisse 1 de Mulhouse, pour rejoindre en 1980 l’école élémentaire Cour de Lorraine de Mulhouse, en 1981 l’école élémentaire de Baldersheim, en 1989 l’école primaire intercommunale de Wolfersdorf, en 1990 l’école primaire d’Eteimbes et en 1998 l’école primaire intercommunale les Cardamines d’Eteimbes.

« Durant des années, Alain a préparé très sérieusement nos jeunes CM1/CM2 à affronter les années collège […] Ce n’est pas par hasard que nos enfants se retrouvent aux avant-postes des classements des élèves de 6e ! » Le jeune retraité a également été footballeur à Ballersdorf ainsi qu’entraîneur des jeunes de l’ASB de 1990 à 1998, puis de 2001 à 2005. Il est membre de l’Amicale des donneurs de sang de Ballersdorf depuis sa création en 1986 et son secrétaire depuis plus de vingt-cinq ans.

Un homme attaché aux valeurs

Alain Grienenberger a trois enfants qui ont été, bien entendu, ses élèves. C’est son fils Jérémie qui s’est adressé à son père, mais aussi à l’instituteur que ses sœurs et lui ne savaient pas comment appeler en classe pour ne pas être la risée de leurs camarades. « On ne l’appelait pas ! » , explique le jeune homme avant d’évoquer toutes les valeurs de l’homme qui les a amenés à ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. Quant à Michel Pernot, il a rappelé l’investissement important d’Alain au sein de l’amicale des donneurs de sang ainsi que l’altruisme qui le caractérise. Pour terminer, Fabienne Orlandi a comparé Alain Grienenberger à Joseph, père de Marcel Pagnol, qui fut également instituteur, pour leurs valeurs communes : moralité civique à toute épreuve, générosité, sens aigu de la responsabilité, abnégation pour les grandes causes, amour indéfectible pour son terroir, attachements réciproques à la famille, à la nature, pratique sportive, amitié, sens de la convivialité, malice et humour. « Il n’est pas besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer » , conclut-elle en citant les paroles de Joseph Pagnol, avant de lui remettre la médaille de la vie associative du conseil départemental du Haut-Rhin.

« Durant ces vingt-six années, et ça, c’est un privilège, j’ai toujours été heureux d’aller à l’école, même si je redoublais chaque année […] Oui, l’école est ma vie ! […] ». Respect, sens de l’effort, rigueur, persévérance, bons sens, solidarité, « ces valeurs, je les tiens de mon père, je les ai transmises à mes enfants et j’ai essayé de les transmettre à mes élèves, tout comme mes collègues ». Aux dires de tous, c’est mission accomplie ! Au revoir, Monsieur l’instituteur, On ne vous oubliera jamais… ont chanté les élèves.


La Belle Escale ferme


17 juin 2016


L’établissement à Eteimbes, couru des amateurs de loto et de danse, a fermé le 5 juin.

 

Tony Willemin, directeur, et Jocelyne Calmelet, gérante. Photo DR

Le restaurant bar dancing La Belle Escale à Eteimbes vient de fermer ses portes. Situé en bordure de la RD83 à Eteimbes, à la frontière du Territoire de Belfort et du Haut-Rhin, l’établissement était dirigé depuis 1998 par Tony Willemin et géré par Jocelyne Calmelet. Une décision qu’ils ont prise à la suite du précontrôle qu’ils ont demandé pour la mise aux normes pour l’accueil des personnes à mobilité réduite. « L’objectif était de relever les points qui n’étaient pas bons sachant que régulièrement nous faisions des travaux d’amélioration. Lors du dernier passage de la commission de sécurité, il nous avait été demandé de retravailler la pente de notre rampe d’accès. Rien de plus », explique Tony Willemin. « Mais là, nous sommes tombés des nues ». Le diagnostic fait état de plusieurs chantiers à mettre en œuvre et notamment l’obligation de créer trois accès du fait de l’existence de trois activités. « Il nous fallait donc créer une seconde rampe et faire construire un ascenseur » , résume le directeur. S’ajoutent la création de nouvelles toilettes pour personnes handicapées, le changement des sorties de secours, de la centrale d’alarme. « Si l’on met tout bout à bout, l’ardoise est lourde. L’estimation des travaux que nous devrions réaliser s’élève à 92 000 €, sans les frais d’architecte. »

« Alors que la conjoncture actuelle est compliquée et que nous avions fait des investissements conséquents à la reprise de l’activité, il nous est aujourd’hui impossible d’engager de telles sommes. On ne peut plus suivre » , poursuit Jocelyne Calmelet. « Pour retomber sur nos pieds en investissant, il nous aurait fallu faire 2000 euros de bénéfices par mois en plus », avance Tony Willemin. « Or ces investissements ne vont pas attirer plus de monde. Nous accueillons déjà des personnes handicapées, notamment en fauteuil, lors de chaque loto. » Aussi, directeur et gérante n’ont même pas attendu le passage de la commission de sécurité. « Nous aurions risqué une fermeture provisoire sans pour autant avoir les moyens de faire les travaux. »

Pour autant, tous deux reconnaissent que l’entreprise fonctionnait bien. « Depuis le redressement judiciaire volontaire il y a cinq ans, nous nous en sortions bien. On avait du travail et l’entreprise était viable », rappelle la gérante. Pour preuve, le calendrier des lotos affichait complet jusqu’en 2018. Jocelyne Calmelet est à deux ans de la retraite. « Avec ces règles qui ne font que changer, j’ai l’impression qu’on fait tout pour nous empêcher de travailler, d’avancer. D’ailleurs qui nous dit que cela ne changera pas à nouveau dans trois ans ? »


1 ère Journée Citoyenne ETEIMBES


15 mai 2016


La première Journée citoyenne d’Eteimbes a rassemblé une quarantaine de bonnes volontés prêtes à se retrousser les manches pour réaliser divers travaux dans le village. Jeunes et moins jeunes ont ainsi attaqué des travaux de peinture, de désherbage, de nettoyage de rigoles et caniveaux, ou encore de réparations. Entre la journée Haut-Rhin propre et cette Journée citoyenne, Eteimbes peut accueillir sur son sol tout propre les nombreux visiteurs pour la deuxième édition de la Fête des talents, ce dimanche 15 mai avec, en prime, l’ancienne pompe à feu remise à neuf et installée au centre du village. Tous les participants se sont retrouvés à la salle communale pour partager le déjeuner dans une ambiance conviviale.


Recherche

Météo

Météo

Agenda

Oct lun mar mer jeu ven sam dim
39 27 28 29 30 01 02 03
40 04 05 06 07 08 09 10
41 11 12 13 14 15 16 17
42 18 19 20 21 22 23 24
43 25 26 27 28 29 30 31

Mairie


Mairie de Eteimbes

7 Rue de Bretten
68210 Eteimbes

Tel.: 03 89 26 93 21
Fax.: 03 89 26 98 87

Mardi : 09h-11h
Jeudi : 14h-16h
Permanence du maire et de ses adjoints:
Le jeudi de 18h00 à 19h00

Accès direct

Liens

Derniers articles

Archives

Localisation