Mot clé

anniversaire


85 Ans Mr Mangue


06 juin 2020


85 printemps pour Jean Mangue

 

Jean Mangue a fêté ses 85 ans.  Photo L’Alsace /M.C.

Né à Éteimbes le 5 juin 1935, Jean est le petit dernier d’une fratrie de trois enfants. Ses parents, Charles Mangue et Marie Danzé étaient exploitants agricoles. Sa scolarité débute sous l’occupation allemande, sur les bancs de l’école de Bretten. L’enseignement se fait en Hochdeutsch, pas vraiment sa langue maternelle ! Du coup, quatre années plus tard, l’Alsace redevenue française, il a fallu rattraper le retard pris dans la langue de Molière, chose faite grâce à des cours du soir.

Sa vie professionnelle est déjà tracée. Fils d’agriculteurs, agriculteur il deviendra. À 14 ans, il se rend à l’École d’agriculture de Traubach-le-Haut une fois par semaine, les six autres jours étant consacrés aux travaux de l’exploitation familiale.

À 21 ans, Jean est appelé sous les drapeaux. On est en 1956 et la guerre d’Algérie bat son plein. Après ses classes au 56 1/A effectuées à Sarrebourg, il est envoyé dans l’Oranais, au 21e RIMA, en tant que tireur-artilleur. « Je ne pourrai jamais oublier ces 21 mois passés là-bas, les horreurs qui marquent à jamais les mémoires ! ».

Rentré en Alsace au printemps 1958, il fait la connaissance de Claudine Bousset lors d’une Kilbe à Chavannes-sur-l’Étang. Les jeunes gens se marient le 26 novembre 1960 à Foussemagne. Ils auront quatre enfants : Pascal en 1961, Fabienne en 1962, Jean-Michel en 1965 et Jocelyne en 1971. Sept petits-enfants et deux arrière-petits-enfants sont venus agrandir la famille pour son plus grand bonheur.

Jean a été décoré de la médaille d’honneur régionale, départementale et communale en argent et de la médaille d’AFN. Pendant 50 ans, il a offert ses services à sa paroisse. Retraité depuis 1993, il entretient toujours avec goût son environnement extérieur. Il est l’un des premiers à installer ses décorations de Noël dans son jardin. Il ne se départit jamais de son beau sourire et a toujours une main levée pour saluer les villageois.

À l’occasion de ses 85 ans et dans le contexte actuel le maire, Yves Conrad, et son conseil municipal lui ont porté un « e-toast ». 


Arthur ROY 90 ans


11 décembre 2019


Figure emblématique du secteur, Arthur Roy a vu le jour le 16 novembre 1929 au foyer d’Armand Roy et de Joséphine Schnoebelen, exploitants agricoles. Son père lui a transmis la passion de la musique, dès son plus jeune âge.

C’est en présence de sa famille, de ses amis, des membres de la chorale de la communauté de paroisses du Val de Traubach, de l’association ASL d’Éteimbes et du conseil municipal, qu’Arthur a eu le bonheur de fêter son 90e anniversaire au foyer communal. Musicien assidu et infatigable, il a partagé sa passion avec ses invités, le temps d’un après-midi, entouré de ses acolytes de la musique municipale de Ballersdorf, ceux de l’harmonie de Rougemont-le-Château et ceux de la fanfare des mineurs de Giromagny.

La passion familiale pour la musique remonte à 1908 grâce à l’instituteur d’Éteimbes, Monsieur Karrer. Celui-ci a toujours partagé, avec ses élèves, son amour pour cette discipline. Parmi eux Armand Roy et son frère Hubert Roy. Les excellents résultats musicaux ne se font pas attendre et leur grand-père, maire du village, Georges Calmelat, offre des instruments à ceux qui rejoindront l’harmonie de la Chapelle-sous-Rougemont. Après la guerre 14-18, Armand monte un groupe avec son frère et quelques amis : la Floramye. Dès ses 8 ans, Arthur assiste aux répétitions des musiciens. En 1946, il reprendra la clarinette de son oncle, mort à la guerre.

En 1953, Arthur Roy est embauché à la SNCF et épouse Marie-Thérèse Jeanmougin (décédée en 2010). Ils auront quatre enfants et six petits-enfants. En 1956, il entre au conservatoire de Mulhouse et rejoint l’harmonie SNCF. Il y joue de plusieurs instruments mais surtout du baryton. Aujourd’hui, il est vice-président de l’harmonie SNCF, du groupe folklorique Les cigognes d’Alsace, membre de la musique de Ballersdorf, chante dans la chorale d’Eteimbes depuis l’âge de 8 ans, membre de l’association d’histoire de l’aviation de la Seconde Guerre mondiale. Il a été conseiller municipal pendant 31 ans, scout, sacristain ainsi que président du conseil de fabrique. Il continue à jouer dans les églises et participera au concert du 24 décembre au couvent de Bellemagny aux côtés de l’organiste, Raymond Schnoebelen.


Les 85 ans Georges FREYTAG


11 octobre 2017


 


Berthe Litzler a fêté ses 100 ans


14 mai 2017


La doyenne du village, Berthe Litzler, a fêté ses 100 ans. Née le 22 avril 1917 à Eteimbes, au foyer de Jules Barbe et Angèle Vernier, exploitants agricoles, elle est la deuxième enfant d’une fratrie qui en comptait trois.

Berthe fréquente l’école communale jusqu’à ses 13 ans. Elle entre alors chez DMC, à Dannemarie, avant de rejoindre la Tuilerie Clavey de Foussemagne. Lorsqu’elle n’est pas à l’usine, elle s’attelle aux lourdes tâches de la ferme familiale, s’occupant des vaches, des chèvres, des volailles, des lapins, mais aussi des récoltes de blé, d’orge, d’avoine et de betteraves.

En 1939, elle rencontre Joseph Litzler, originaire de Battenheim, alors qu’il se trouve dans un camp à Bréchaumont. Ils unissent leurs destinées le 20 juin 1941 et emménagent à Baldersheim avant de revenir à Eteimbes après la guerre. Ils auront sept enfants : Suzanne née en 1941, habite à Falkwiller, sept enfants ; Jean-Louis, né en 1946, réside à Biarritz, un enfant ; Christiane, née en 1949, demeure à Lachapelle-sous-Rougemont, trois enfants ; Liliane, née en 1952, établie à Dijon, cinq enfants ; Georges, né en 1954, décédé accidentellement ; Monique, née en 1956, vit à Mulhouse ; et Joseph, né en 1958, est installé à Petite Fontaine, deux enfants. Pour le plus grand bonheur de Berthe, la famille s’est encore agrandie puisque se sont rajoutés 16 arrière-petits-enfants et deux arrière-arrière-petits-enfants.

En 1946, Berthe reprend la ferme familiale avec son mari. Tout en élevant ses enfants, elle trouvera le temps d’abattre le travail requis par l’exploitation. En 1983, elle perd malheureusement son époux. Jusqu’il y a peu de temps, elle s’occupait de son jardin et de ses fleurs et élevait des lapins. Mais une chute l’a contrainte à cesser ces activités qu’elle aimait tant. Elle vit toujours chez elle, entourée par sa fille Christiane et son compagnon Louis, faisant encore quelques petites promenades quand le temps le permet.

La sympathique centenaire a eu le bonheur de fêter son anniversaire, entourée de toute sa famille. Une délégation municipale conduite par le maire, Yves Conrad, est venue la féliciter.


Adrien Roy a 90 ans


19 mars 2017


Né le 16 janvier 1927, Adrien est le fils d’Hubert Roy et de Marie-Thérèse Fink, exploitants agricoles à Éteimbes. Il est le troisième enfant d’une fratrie qui en comptera cinq. Ses frères aînés trouveront la mort en combattant sur le front russe comme beaucoup de Malgré-nous, enrôlés de force par les Allemands. Ses petites sœurs vivent à Wittelsheim et Traubach-le-Bas.

Après sa scolarité dans les écoles communales d’Éteimbes puis de Bretten, Adrien n’a d’autre choix que de seconder ses parents aux durs travaux de l’exploitation. En même temps, il sera employé par la commune comme bûcheron. Lorsqu’il est en âge de partir combattre à son tour sous l’uniforme allemand, il décide de se cacher, au risque de voir sa famille déportée. Heureusement, Éteimbes a été l’un des premiers villages à être libéré.

Adrien a 27 ans lorsqu’il entre chez Cordoual à Pfastatt. Il y travaille en équipe afin de pouvoir continuer à faire tourner l’exploitation. Un peu plus tard, il intègre l’usine Peugeot Sochaux d’où il démissionnera pour entrer à la Fonderie de Lachapelle-sous-Rougemont où il rencontre Nicole Marline. Le 18 avril 1959, le jeune couple se marie à Petitefontaine où habite la mariée. Ils auront trois enfants : René en 1960, époux de Bernadette Viron, habite à Éteimbes, trois enfants et trois petits-enfants ; Véronique en 1963, a élu domicile à Eguenigue (90), une fille et un petit-fils ; Astrid en 1973, réside chez ses parents, un fils. En 1960, les parents d’Adrien lui cèdent l’exploitation à laquelle Nicole se consacrera également. En 1964, Adrien rejoint l’équipe de nuit de la Forge I de Peugeot Mulhouse et s’occupe de la ferme en journée. En 1972, après mûre réflexion, il quitte le monde des salariés pour se vouer à temps plein à l’exploitation dont l’activité cessera totalement en 1988.

Depuis sa retraite, Adrien n’a jamais eu le temps de s’ennuyer : entretien du jardin, taille des arbres fruitiers du verger et cueillette de leurs fruits, promenades quotidiennes, pétanque et lecture. Pour son 90e anniversaire, il a reçu la visite d’une délégation municipale conduite par le maire, Yves Conrad.


Recherche

Météo

Météo

Agenda

Juin lun mar mer jeu ven sam dim
22 31 01 02 03 04 05 06
23 07 08 09 10 11 12 13
24 14 15 16 17 18 19 20
25 21 22 23 24 25 26 27
26 28 29 30 01 02 03 04

Mairie


Mairie de Eteimbes

7 Rue de Bretten
68210 Eteimbes

Tel.: 03 89 26 93 21
Fax.: 03 89 26 98 87

Mardi : 09h-11h
Jeudi : 14h-16h
Permanence du maire et de ses adjoints:
Le jeudi de 18h00 à 19h00

Accès direct

Liens

Derniers articles

Archives

Localisation