Chorale Eteimbes


23 mai 2014


La petite église Saint-Pantale d’Éteimbes a accueilli la Chorale de l’amitié de l’AEP de Chavannes-sur-l’Étang, samedi 17 mai, pour un concert au bénéfice du conseil de fabrique. Dirigés par Nelly Vienot, dont l’humour n’est pas en reste, les choristes ont interprété 16 chansons, pour la plupart populaires. « Nous ne nous prenons pas pour des pros, mais nous aimons chanter », lance la directrice aux auditeurs avant de les inviter à reprendre les refrains tous ensemble.

La plus jeune membre de la chorale, Justine Bournonville, 12 ans, a accompagné magistralement ses amis à la flûte lors de l’interprétation de Rose des neiges , ce qui lui a valu un tonnerre d’applaudissements. L’auditoire a été enchanté par la magnifique prestation de la sympathique Chorale de l’amitié, peut-être pas pro, mais quasi pro.


La Chorale de l’amitié chante pour une bonne cause


16 mai 2014


 

La Chorale de l’amitié chantera au profit de l’église. DR

La Chorale de l’amitié de l’Association d’éducation populaire de Chavannes-sur-l’Étang sera en concert samedi 17 mai, à l’église Saint-Pantale d’Eteimbes, à l’invitation du conseil de fabrique de l’église de cette commune. Le concert sera donné au profit du sanctuaire. Sous la direction de Nelly Viénot, la Chorale de l’amitié interprétera un répertoire varié d’auteurs-compositeurs connus.

Y ALLER Samedi 17 mai, à 20 h, à l’église Saint-Pantale d’Eteimbes. Entrée libre, plateau au profit du conseil de fabrique d’Eteimbes.


Eteimbes Elections


09 avril 2014


Yves Conrad, 55 ans, a été élu maire d’Eteimbes pour un deuxième mandat (10 voix pour, 1 bulletin blanc). Michel Calmelat, 67 ans, a été élu premier adjoint (7 voix sur 11). C’est son troisième mandat. Quant à Michel Dosch, 60 ans, il a été élu deuxième adjoint (9 voix sur 11). C’est son deuxième mandat.


Jean Calmelat 90 ans


16 mars 2014


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Né le 15 mars 1924 à Eteimbes, Jean Calmelat a eu une sœur Henriette, décédée, et un frère Alfred qui a fêté ses 95 ans. Ses parents, François Calmelat et Marie Cordonnier, étaient agriculteurs au village.

En 1942 il est affecté à l’Arbeitsdienst allemand et le 13 janvier 1943 dans la Wehrmacht. Après Berlin et la Crimée, il est gravement blessé en décembre 1943 puis, au bout de 7 mois d’hospitalisation, est affecté en Pologne, sur le front de l’Oder. Déserteur, il est fait prisonnier par les Russes et retrouve enfin son village natal le 25 septembre 1945.

Agriculteur et bûcheron en hiver, il se marie le 24 juin 1946 avec Denise Donzé qui lui a donné deux enfants, habitant tous deux à Eteimbes : Michel marié à Annie Sérino (trois enfants) et Marie-Christine épouse de Julien Pezzano (deux filles). Il a la joie de chérir quatre arrière-petits-enfants.

À présent retraité depuis l’âge de 60 ans, veuf depuis 3 ans, il élève encore quelques poules et lapins. Avec son épouse il a effectué des voyages à Paris, Venise ou au Mont Saint-Michel. Adorateur assidu au Mont Sainte-Odile, il effectue aussi, chaque année, un pèlerinage à Lourdes avec le diocèse.

Élu au conseil municipal en 1953, il a été maire durant 30 ans de 1965 à 1995, vice-président du syndicat d’eau intercommunal et président du Crédit mutuel de Bréchaumont. Aimant la chorale où il chante depuis ses 15 ans, la pétanque et les cartes, il coule une paisible retraite à Eteimbes.


Un bassin d’orage de 9800 m3 pour protéger le village


04 janvier 2014


La commune a réalisé deux bassins de rétention des eaux pluviales pour contenir les crues d’orage. La mise en fonction est prévue en cette fin d’année.

Après plusieurs années d’études, les deux bassins de rétention des eaux pluviales peuvent être mis en route. « Nous étions confrontés à un dilemme depuis une dizaine d’années , explique le maire d’Eteimbes Jean-Luc Fink. Les orages violents étaient régulièrement suivis de fortes crues avec des inondations qui touchaient une quinzaine de maisons au bas du village. Aujourd’hui, avec les nouvelles constructions, le nombre de propriétés touchées par ces catastrophes a doublé. Pour éviter ces dommages récurrents, nous avions la possibilité d’entreprendre de gros travaux d’assainissement dans la rue. La solution première était de poser des tuyaux de plus grande section. Le choix du bassin d’orage est une économie substantielle pour la commune. »

Un récupérateur d’eaux pluviales

Le dossier a été instruit par le conseil général dès 2010 pour un début des travaux à l’automne 2013. Avant de lancer les travaux, la commune a acquis le foncier pour aménager les deux bassins qui s’étendent sur près de 60 ares, au creux du vallon. Les deux bassins peuvent recevoir plus de 9800 m3 d’eaux pluviales.

Depuis la crête, il permettra à l’eau de s’écouler jusqu’aux bassins en contrebas. L’aménagement permettra de recueillir toutes les eaux des champs. Ce récupérateur d’eau concerne 132 ha de terres agricoles situés dans le haut du village.

En cas de débordement, un déversoir est prévu avec déversement du trop-plein vers un étang situé au creux du val. Coût global de ce nouvel équipement : près de 130 000 € (TTC).

Le maire d’Eteimbes veut faire de ce site un outil pédagogique avec une intégration paysagère. « Nous allons planter différentes espèces d’arbustes et de plantes aquatiques. Le site sera mis à la disposition des écoles. »

Pour expliquer aux élèves la vocation de ces bassins d’orage et des bienfaits des zones humides sur l’écosystème.

Le coût de l’investissement approche les 130 000 € (TTC). Le conseil général du Haut-Rhin a subventionné l’opération à hauteur de 69 000 € sur un coût de 108 000 € (HT).